Description logo pour referencement
   
Interview de THIERRY LEFEVRE éditeur
A la Une
auteur Thierry Lefèvre
GenreSF/Fantasy

Il dirige GALAPAGOS, la nouvelle collection Young Adult chez Archipel.

Une nouvelle collection Young Adult, qui se veut surprenante, innovante et iconoclaste.

Sortir des sentiers battus, dénicher des textes de qualité et des histoires originales pour les ados jeunes adultes, telle est l’ambition de Thierry Lefèvre et son équipe.
 


Interview de Thierry Lefèvre

Directeur de la nouvelle collection GALAPAGOS aux éditions de l’Archipel.
Collection lancée le 10 octobre 2011 avec trois livres :
Nuit tatouée/ L’eau des anges/ Avant les ténèbres.

Yabook : Bonjour Thierry Lefèvre, vous dirigez la nouvelle collection jeunesse des éditions Archipel. Comment avez-vous mis le pied dans l’édition tout d’abord ?

Thierry Lefèvre : J’ai fait des études de lettres et j’ai travaillé dans l’édition très tôt. J’ai été nègre et rewriter indépendant pendant quelques années, tout en écrivant pour le théâtre, de la poésie et quelques chansons. Et puis j’avais des gamins autour de moi, ce qui m’a inspiré, j’ai écrit un premier roman jeunesse que j’ai proposé à un éditeur. C’était un petit bouquin d’humour pour les 8-10 ans intitulé La Terrible cuisine de Benjamin chez Milan collection Zanzibar. En fait c’était des recettes de cuisines avec des choses improbables, des opérations mathématiques etc.
Ça avait bien marché, il s’est vendu à 20 000 exemplaires environ. J’ai écrit beaucoup d’autres ouvrages depuis, dont beaucoup à la place de personnes aux noms plus connus.

Yabook : Faut-il avoir un Nom pour se faire éditer au grand jour ?

Thierry Lefèvre : De plus en plus oui, il me semble, et depuis Twilight, cela concerne aussi les éditions jeunesse. C’est très bien de traduire des auteurs étrangers, mais je trouve qu’il faut laisser une large place aux auteurs français. C’est ce que je souhaite dans le cadre de GALAPAGOS.

Yabook : Est-ce aussi pour cela que des auteurs français peuvent être tentés d’adopter un pseudonyme aux sonorités plus anglophones et plus vendeuses ?

Thierry Lefèvre : Oui c’est une nouvelle mode. On a assisté aussi à ce phénomène dans les années 50 avec les auteurs de polars français qui prenaient des pseudos américains. Après je ne sais pas si c’est une bonne combine.

Yabook : Comment êtes-vous arrivé à la tête d’une collection ?

Thierry Lefèvre : Un peu par hasard, j’avais dans l’idée de monter une collection il y a quelques années. J’ai apporté le projet à une petite maison d’édition et j’ai réussi à monter la Collection Courant Noir chez Gulf Stream fin 2006 début 2007. Mais à ce moment là je n’avais pas l’intention pour autant d’arrêter mon activité d’auteur.

Yabook : Pour le coup, diriger une collection vous a fait sortir de la solitude d’auteur ?

Thierry Lefèvre : Oui. Diriger une collection, c’est gérer les contraintes techniques, les auteurs, j’aime bien les gens aussi, c’est mon côté sociable, mais pas tout le temps. J’aime bien aussi rester dans mon coin pour écrire. Diriger une collection permet d’équilibrer un peu tout ça.

Yabook : De Gulf Stream à Galapagos... comment cela s’est-il passé ?

Thierry Lefèvre : La collection Gulf Stream, collection de polars historiques jeunesse, a tout de suite été très bien accueillie. Certains titres ont décrochés des prix. On a démarré à 4 titres par an au départ et aujourd’hui nous sommes à 6 titres par an. Et puis Archipel voulant monter un département jeunesse, Jean-Daniel Belfond, le directeur, m’a sollicité plusieurs fois et j’ai fini par accepter ce qui me permettait d’élargir mes horizons et genres littéraires. Je mène les deux collections. Par contre, je tenais à ce que l’on donne un nouveau nom à ce département jeunesse chez Archipel, cela me semblait essentiel. J’ai cherché un nom d’archipel pour avoir une résonance sémantique avec le nom de la maison d’édition et j’ai proposé Galapagos. Cela évoque une terre d’aventure, lointaine, qui fait rêver et en même temps c’est un nom qui se prononce bien et se retient facilement. J’ai proposé tout ça il y a un an et demi à peu près à Jean-Daniel Belfond. Premier trimestre 2010, on s’est mis au boulot.

Yabook : Quels étaient les objectifs de départ ?

Thierry Lefèvre : Bien sûr avant tout de créer une collection jeunesse, mais si au départ il m’était demandé de faire du vampire à la Twilight, en réalité ma façon de voir consiste à tout mettre en oeuvre pour que nos livres se vendent aussi bien que cela, mais sans faire la même chose. De toute manière aux Etats Unis, les vampires, c’est déjà dépassé, ils sont passés aux zombies et au catch, le temps qu’on s’y mette ce sera foutu. Il faut être avant-gardiste ou en tout cas être soi-même avant tout. Si les éditeurs connaissaient la recette du succès, ils seraient tous riches. De mon côté, j’ai plein d’idées et j’ai envie de proposer un mélange des genres.
On ne peut pas monter un département jeunesse en se disant je fais du Harry Potter et du Twilight, cela dit je ne m’interdis rien pourvu que le texte soit bon et l’histoire originale.

Yabook : Quelle est votre ligne de conduite pour mener l’aventure GALAPAGOS ?

Thierry Lefèvre : En général, lorsque l’on édite un livre, il faut séduire les diffuseurs, en plus du public. Mais selon moi il faut revenir aux fondamentaux, c’est-à-dire : avoir de bons textes avant tout, bien les présenter avec des couvertures attrayantes et soigner les 4emes de couverture. C’est plus difficile de vendre du polar aux ados que de la Bit Lit en ce moment. Lorsqu’on présente un genre à la mode, c’est plus facile. Il est parfois même un peu désespérant de voir que l’on s’attache autant aux apparences. Il ne faut pas désespérer du public ados, car ils sont plus malins qu’on pourrait le penser. Ils ne s’attachent pas tous seulement à l’image. Je fais beaucoup d’ateliers d’écriture, quand je passe dans les classes, j’encourage les jeunes en leur expliquant que le livre amène à un espace de liberté que l’image n’apporte pas et qu’il est important de passer par le livre pour se forger un esprit critique, une meilleure liberté de pensée et de parole, pour poser son regard sur le monde et pour ne pas prendre tout ce que la société nous livre pour argent comptant. Si en plus on peut leur montrer que la littérature, ce n’est pas forcément rébarbatif, on arrive à des choses positives. Quand j’étais à l’école on était dans des classes de 30 élèves, et sur le lot, il y en avait 5 ou 6 qui ne lisaient pas et autant qui avaient un niveau d’orthographe déplorable. Aujourd’hui, la tendance s’est plutôt inversée. C’est déplorable mais justement il faut bouger, trouver des choses nouvelles. C’est l’ambition de la collection GALAPAGOS.

Yabook : Par quoi commence la collection ?

Thierry Lefèvre : On commence avec 3 titres, pour le moment ce sont 3 séries qui inaugurent GALAPAGOS et dès le début 2012,une 4eme s’ajoutera et d’ici un an on aura publié une vingtaine de titres et on pourra faire le point. Mais on va essayer de monter un vrai label jeunesse par petite touches,avec des ouvrages aussi pour les 8-10 ans et 10-12 ans, également quelques albums de temps en temps. On va tourner autour des 13-16ans/jeunes adultes essentiellement. Ce qui m’intéresse avant tout, c’est l’adolescence, période la plus féconde, la plus riche et la plus difficile à vivre aussi, mais on ignore que c’est pourtant là que l’on vit ses plus belles années. C’est une période complexe de transition. Je crois que c’est important pour cet âge-là, de leur donner de quoi rêver mais aussi de quoi se construire. Je veux privilégier la littérature, je veux des écrivains pas juste des auteurs. Ce qui m’intéresse, c’est l’imaginaire.
Dans la collection GALAPAGOS, il y a de la Bit-lit, de la Fantasy, du roman historique… Il y aura du roman noir, de littérature blanche pour ados (roman de société ou roman miroir). Il n’y aura pas que des séries. Il y aura aussi des romans one shot. Il y aura aussi pour les plus jeunes des courts romans qui auront pour thème les Kamis, divinités japonaises (je suis un fondu du Japon). Ces histoires seront drôles mais favoriseront l’érudition. L’illustrateur traitera tout cela à la façon Manga. Car pourquoi pas aussi avoir une forme en adéquation avec le fond. S’il faut faire un livre rond pour parler de je ne sais quoi, pourquoi pas. Au moment de l’élaboration de la série du parfum d’Histoire de Béatrice Egémar, on avait eu l’idée de le fabriquer avec du papier parfumé qu’on a finalement abandonné pour des raisons techniques étant dans l’urgence du premier titre. Mais ce sont des possibilités.

Yabook : Quelle est votre façon de travailler avec les auteurs ?

Thierry Lefèvre : Pour GALAPAGOS, j’avais en tête quelques noms d’auteurs dont je connais le travail. Je les ai donc sollicités pour lancer la collection, en leur expliquant ce que j’attendais. Revenant avec un projet et un synopsis me permettant d’évaluer la puissance du projet, ils pouvaient ensuite se lancer dans l’écriture. Etant auteur moi-même, j’aime bien cette idée de donner un peu de confort dans l’écriture aux auteurs. Après tout c’est un boulot, un boulot très mal payé il faut dire, alors si on peut se mettre d’accord sur un projet et signer un contrat en amont pour que cela leur permette en partie d’être rémunéré dès le départ, c’est très bien. Leur donner de la sérénité c’est un plus qui va dans le sens de la qualité de l’écriture aussi. Mais si l’on me transmet des manuscrits, je les examinerais aussi, bien sûr.
En tout cas c’est une façon de fonctionner qui n’est pas si fréquente. Si la collaboration est agréable pour tout le monde, elle peut s’inscrire dans la durée.

Yabook : En tant qu’auteur, vous n’avez pas envie aussi d’intervenir dans la collection GALAPAGOS ?

Thierry Lefèvre : C’est toujours un peu délicat. Cela dit, j’ai bien un projet de poésies qui se prépare. La poésie souffre de plusieurs maux dont celui qui consiste à publier des poètes abstraits avec des textes fermés. Moi j’ai plus envie de poésie lyrique, qui parle de sentiments, de nature, mais sans mièvrerie. Les poèmes peuvent parler aux ados.

Yabook : Pour s’adresser à un public ados, quelle est votre recette ?

Thierry Lefèvre : Je m’efforce de garder vivant en moi, le plus possible ma part d’adolescent. J’ai des neveux et nièces, j’interviens beaucoup en classe de 4e et 3e. Je reste plongé dans cet univers. Comme auteur ou directeur de collection, je veux leur montrer le foisonnement de l’imaginaire, la richesse de la langue, la force des sentiments et leur dire « révoltez-vous ! Forgez-vous vos opinions, ne soyez pas passifs ! ». GALAPAGOS a pour ambition de donner du fond pour aller dans ce sens vis à vis du public jeune.

Yabook : GALAPAGOS va donc sortir des sentiers battus ?

Thierry Lefèvre : Oui. On va essayer de proposer des choses plus dynamiques, marginales, étonnantes... La poésie personne ne s’y risque aujourd’hui, faire des romans déconnants pour les 10-12 ou 12-14 ans, c’est très rare. La littérature blanche pour ados, ça n’est pas que des récits de familles déstructurées. On peut très bien parler des liens familiaux dans un roman historique. Je veux faire de la littérature populaire de qualité. Heureusement que l’imagination est au pouvoir en littérature jeunesse.
On n’est pas obligé de s’enfermer dans un genre. On peut mettre de l’humour ou de la poésie dans un polar par exemple. Il y a moyen de faire des choses un peu iconoclastes. Avec tout cela j’ai vraiment envie de respecter le lectorat et les auteurs.

Yabook : Quels sont les prochaines étapes pour GALAPAGOS ?

Thierry Lefèvre : En février, une 4eme série va sortir sous le nom de la Trilogie Noire, il s’agira de Polars contemporains qui devraient déménager.
On va avoir une série de Marie Bertherat, intitulée Arty show, une série sur l’art pour les plus jeunes : des albums autour de 10 oeuvres, selon un angle qui sera désopilant et décalé. Le premier volume, pour les 10-12 ans, devrait s’appeler « Les Poils » à paraître d’ici l’été.
Et puis, il y aura donc Kami Kawaï (gentils esprits), une série totalement décoiffante.
Il y aura sans doute des recueils de poésies : 50 à 60 textes par recueils avec illustrations.
Dans la globalité, ce que l’on demande aux auteurs, c’est de nous présenter des projets avec de la légèreté, de la fantaisie tout en étant pertinents. Voilà le programme de GALAPAGOS.

Yabook : Du numérique ou pas dans tout cela ?

Thierry Lefèvre : Oui. Mais mon souhait serait que cela se fasse dans un deuxième temps, pour laisser le temps au livre de se faire une place dans les librairies. Il faut attendre les générations qui arrivent pour rentrer vraiment dans la complète dématérialisation. Je reste personnellement attaché à l’objet livre et je constate que les ados d’aujourd’hui continuent de lire des albums, BD, livres papiers.
Je pense qu’il ne faut pas être absent sur ce support néanmoins. Pour moi ce genre de technologie a un intérêt surtout pour des ouvrages tels que les encyclopédies. Sur une tablette, ça peut être pratique.

Yabook : Quel est votre livre de chevet ?

Thierry Lefèvre : Le roman américain "Le guide de l’incendiaire des maisons d’écrivains en Nouvelle Angleterre", le titre m’a plu. Et Frédéric Beigbeder « Premier bilan après l’apocalypse » avec sa bibliothèque idéale. Et en attente ensuite "Le rabaissement" de Philippe Roth et d’autres. En fait je n’ai pas un bouquin de chevet, j’en ai toujours 3 ou 4. Selon l’humeur le livre, ça console aussi de plein de choses.

COUP DE COEUR POUR NUIT TATOUEE ICI

INTERVIEW DE charlotte Bousquet (Nuit Tatouée) ICI

CONCOURS NUIT TATOUEE ICI

 

Découvrir le site ARCHIPEL, et ses parutions jeunesse : ICI

 


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Nord Pas-de-Calais Lorraine Alsace Franche-Comté Provence Alpes Côte d'Azur Languedoc Roussillon Champagne-Ardennes Picardie Haute-Normandie Ile de France Bourgogne Rhône-Alpes Auvergne Midi-Pyrénées Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Centre Basse-Normandie Pays de Loire Bretagne Corse

Interview de THIERRY LEFEVRE éditeur : Ya Book