Description logo pour referencement
   
Interview de LENIA MAJOR
A la Une
auteur Lenia Major
GenreSF/Fantasy

Auteur de la Fille aux Licornes, une nouvelle trilogie chez Talents Hauts.

……. Interview, de Lenia Major (Fusayn sur ses genoux)

 

 

Yabook : Bonjour Lenia , qu’est ce qui vous a donné envie d’écrire tout d’abord et depuis quand publiez-vous ?

 

 

Lenia Major : Bonjour. C’est la passion de la lecture qui m’a donné envie d’écrire, j’ai toujours été passionnée de lecture depuis toute petite, je lisais sous la couette avec une lampe de poche tellement je ne pouvais pas arrêter de lire et j’ai lu absolument tous les styles. Au fur et à mesure les histoires ont germé dans ma tête et quand j’ai eu un peu plus de temps je me suis mise à écrire. C’était quand j’ai eu mon 2em enfant, avec un congé parental, j’avais une trentaine d’années.

 

 

Yabook : Qu’est ce qui vous a donné envie de vous tourner vers un public de jeunes et ados ?

 

 

Lenia Major : J’aime les histoires qui finissent bien et dans la littérature jeunesse, à de rares exceptions près, on aime que les héros s’en sortent, j’ai horreur des histoires trop tristes ou sans espoir, en jeunesse on peut aussi manier l’humour dans des histoires qui donnent de l’espoir.

 

 

Yabook : Quel est le secret d’une telle imagination, qu’est ce qui vous inspire ?

 

 

Lenia Major : La vie quotidienne, des petites phrases, des situations dans la rue, dans les magasins. D’une petite chose peut germer l’idée d’une histoire.

 

 

Yabook : Quels retours avez-vous de vos jeunes (ou moins jeunes) lecteurs ?

 

 

Lenia Major : J’ai plus de retours sur les romans. Les ados m’écrivent directement et me demandent quand va arriver la suite.

 

 

Yabook : Lorsque vous écrivez, vous sentez-vous investie d’une responsabilité vis à vis de la jeunesse, souhaitez-vous transmettre quelque chose ?

 

 

Lenia Major : Dans la plupart, j’essaie de glisser de façon légère, un message ou un état d’esprit (certains ouvrages sont du pur divertissement) mais autant que possible j’essaie de faire passer des valeurs en lesquelles je crois.

 

 

Yabook : Avez-vous préservé intacte votre âme d’enfant ? Pensez-vous cela indispensable pour continuer à les faire rêver, à écrire pour les jeunes ?

 

 

Lenia Major : Une âme d’enfant je ne sais pas, certaines personnes autour de moi le disent. Ce que j’essaie de faire, c’est de regarder mes enfants et ceux qui gravitent autour de moi pour voir à quoi ils réagissent, de rester plongée dans ce milieu pour comprendre ce qui les fait rire, ce qu’ils trouvent injuste, ce qui les touche et les fait réagir.

 

 

Yabook : Quel est votre livre de chevet actuellement, si vous avez le temps de lire ?

 

 

Lenia Major : Je lis énormément je me réserve toujours une ou deux heures de lecture chaque soir, même si je me couche tard. Je ne peux pas m’endormir sans avoir lu un chapitre de quelque chose. En ce moment je lis un livre que j’ai fauché à ma fille, le tome 2 Les Lames du Cardinal de Pierre Pével édité chez Bragelonne, mélange de roman historique, de cape et d’épée et de fantasy. Sinon, j’aime beaucoup les romans historiques, la littérature anglaise ou irlandaise qui a du charme, plus que l’américaine très calibrée.

 

 

Yabook : Si vous étiez un personnage aux pouvoirs surnaturels, un héros ou un personnage de légende, qui seriez-vous ?

 

 

Lenia Major : Sans hésiter : Fitz le héros de Robin Hobb dans la série L’assassin royal.

 

 

Yabook : Accordez-vous de l’importance aux critiques littéraires, aux prix attribués ?

 

Lenia Major : Pas du tout. Quand j’écris c’est parce que j’ai envie de raconter une histoire et que j’ai envie qu’elle emmène le lecteur, sans trop me préoccuper de ce qui va se passer après. Bien sûr je m’adapte au cahier des charges, je me préoccupe de rentrer dans un cadre ou format ou du vocabulaire à employer. Si je peux plaire déjà à quelques lecteurs ça sera déjà un plaisir, ça me suffit.

 

 

Yabook : Quel genre d’auteur êtes-vous ?

 

 

Lenia Major : Je suis quelq’un d’assez terre à terre, je n’arrive pas à partir dans des mondes complètement imaginaires, mon métier de base est très mathématique, mon coté cartésien est présent et je ne sais pas inventer des pommes bleues ou des êtres complètement imaginaires. D’ailleurs j’ai aussi du mal à lire ce genre d’histoires, à être embarquée par des récits trop éloignés de la terre, de bases réelles.

 

 

Yabook : Comment travaillez-vous ? Vous faut il des conditions particulières ?

 

 

Lenia Major : Ma condition idéale de travail, c’est dans ma cuisine, comme je suis une grande gourmande, j’y passe beaucoup de temps. Je descends mon ordinateur sur la table et je m’installe un énorme mug de thé comme canne et mon chien Fusayn sur les genoux, ainsi je peux partir pour des heures d’écriture. Mais je peux aussi travailler partout et faire abstraction du bruit.

 

 

Yabook : Quel serait votre rêve aujourd’hui ?

 

 

Lenia Major : Mon rêve serait d’arrêter mon autre métier (pharmacien, c’est pas un métier qui fait rêver justement, c’est un métier où l’on croise beaucoup la souffrance), pour me consacrer complètement à l’écriture pour rêver et faire rêver. J’aimerais croiser un peu plus de lecteurs sur les salons pour repartir l’adrénaline au top. En amont des salons il y a les rencontres avec les scolaires ce que j’adore, car on peut aussi montrer qu’il n y a pas que la télé.

 

 

Yabook : Qu’est ce qui vous met en colère aujourd’hui ? 

 

 

Lenia Major : L’édition et la malhonnêteté de certains qui pensent qu’on fait un métier artistique et que du coup on peut vivre d’amour, d’eau fraîche et du bonheur d’être édité alors que c’est un travail pour l’auteur comme pour l’illustrateur. C’est des heures passées devant sa feuille, des heures à corriger et relire, c’est un métier à part entière qui demande de la rigueur. Certains éditeurs pensent qu’en nous payant 3 ou 4 ans ou pas du tout après la sortie d’un livre ça nous convient parce qu’avoir notre nom sur un livre doit être suffisant à notre orgueil. On ne fait pas ça pour booster notre ego, on en a pas besoin, ce qu’on voudrait c’est pouvoir en vivre décemment. Il y a des éditeurs qui sont des modèles d’honnêteté avec lesquels c’est un bonheur de travailler dans un respect mutuel. Je préfère être moins éditée mais mieux éditée, avec l’expérience, c’est ainsi que je travaille aujourd’hui.

 

 

Yabook : Avec quelles maisons travaillez-vous justement en ce moment ?

 

 

Lenia Major : Je travaille régulièrement avec de courts textes pour La presse : Bayard, Milan, Fleurus et Turbulences (Charlotte aux fraises) et d’autres.

Je travaille aussi avec plaisir avec les éditions Rageot, Balivernes, Talents Hauts, Tournez la page, qui est une nouvelle maison qui a pour axe de traiter des petits problèmes de la vie quotidienne des enfants, je travaillais aussi avec Anna Chanel qui a arrêté car il est difficile de se faire une place en librairie pour les petites maisons d’éditions. Je travaille aussi avec des maisons pour le parascolaire, en Belgique avec les éditions Hemma, au Liban avec les éditions Samir… J’ai beaucoup de chance et je fonctionne avec des éditeurs respectueux

Cette large palette me permet de jongler en fonction de mes écrits et de leurs lignes éditoriales. Il en reste d’autres avec lesquelles j’aimerais aussi travailler

Ma méthode : envoyer mon manuscrit tout simplement. 

 

 

Yabook : Avez-vous des dédicaces, participations à des salons en vue prochainement ?

 

 

Lenia Major : Le salon de Colmar en novembre, de Dijon en 2012 pour la 1ere fois pour moi.

 

 

Yabook : Quelle est votre actualité ?

 

 

Lenia Major : La sortie du 2em Tome de la série « Le Prince des maudits ». Le premier tome paru en octobre l’an dernier s’intitulait La fille de l’Araignée. Le 2em s’intitule cette fois Emil le Clairvoyant.

C’est une histoire qui part d’Alsace. Une jeune fille à l’occasion d’une visite du château de Baden Baden, Eva, va être projetée dans le passé. Elle va devoir sauver un prince (une fois n’est pas coutume), c’est ce qui se passe dans le tome 1. Ici dans ce 2em tome, sa mission va être de reconquérir son fief et de repartir dans son monde….

Les illustrations des couvertures sont de Marc Simonetti, spécialisé en fantasy et j’en suis très très contente.

C’est une série en 2 tomes pour les pré ados -ados- jeunes adultes.

J’ai reçu énormément de mails de retours positifs pour me demander quand sortiraient le 2e tome. Il a fallu attendre 1 an, c’est fait.

Quand j’ai écrit le 1er je savais où j’allais pour le 2e, même si parfois mes personnages m’emmènent sur des chemins détournés, ils me disent que ça serait plus rigolo ou que ça ferait plus d’intrigue si un personnage sympa devenait un peu méchant, un peu moins lisse. Je tue même quelques personnages principaux de temps en temps. Tout ne fini pas au mieux pour tout le monde.

 

 

Et puis … A découvrir chez Talents Hauts, maison féministe qui a bien voulu publier ma trilogie fantasy, parution du premier tome de la Fille aux Licornes – La Rencontre.

Dans ce 1er tome je raconte l’histoire d’une fille qui veut devenir licornier. Ça se passe dans une contrée imaginaire et dans un temps un peu moyenâgeux. Elle n’a rien d’une princesse, c’est une jeune fille simple qui veut faire un métier réservé habituellement aux hommes. Bien que recrutée comme apprentie, elle va avoir des difficultés car le maître licornier la rejette et va lui lancer un défi impossible pour se débarrasser d’elle en lui confiant la charge d’une licorne sauvage très agressive. « Ascane, si vous n’arrivez pas à la soigner vous êtes virée. » lui dit-il en gros. Ce qu’il n’avait pas prévu c’est que l’héroïne va développer un lien particulier avec cet animal. Le 2e tome est écrit il est en relecture pour une parution programmée en février. Le 3e tome je me mets à son écriture en octobre.

 

Coup de coeur sur LA FILLE AUX LICORNES ICI.

 

  

Pour novembre, dans un tout autre genre, va paraître un livre de cuisine en 2 parties. Je conjugue écriture et gourmandise, mes deux passions. Je passe beaucoup de temps à faire de la pâtisserie, j’ai ici réuni des recettes qu’auraient pu déguster les personnages des contes classiques. Ça va s’appeler « la cuisine des héros et des héroïnes » en 2 tomes aux éditions Mic Mac. Toutes les recettes ont été testées maintes et maintes fois.

Fiche d’identité LENIA MAJOR

 

Nom prénom : Major Lenia (grade : sergent)

 

Age : 8 643 230 ÷ 2 - 4 321 610 + √(1225)

 

Lieu de naissance :

Dans un fromage normand (qui pue), au choix :

a- Un camembert

b- Un livarot

c- Un Pont-l’évêque

d- Un Deauville

 

Lieu de vie :

A quelques mètres d’une immense forêt peuplée de chevreuils, renards, hérons, piverts et écureuils. Accessoirement, au nord de Strasbourg.

 

Situation de famille :

Mariée, une ado de 15 ans dans toute sa splendeur, 1 footballeur de 9 ans.

 

Signe(s) particulier(s) :

Gourmande, toujours proche d’une cuiller de quelque chose de bon.

 

J’aime :

RIRE, les balades en forêt, faire l’hippopotame au fond de la piscine, imiter ma belle-mère, les brunches entre amis, faire un « tas » informe avec les enfants et le chien pour le plus gros câlin du monde, le hachis Parmentier (avec la purée et la viande mélangées) et une salade, préparer des gâteaux pour entendre « hmmmm, ch’est bon, t’en r’f’ras ! », le beau temps, les gens optimistes, dynamiques et marrants, la spontanéité, le grain de folie, les cloches qui donnent l’heure et le quart d’heure.

 

J’aime pas :

La traîtrise, l’hypocrisie, les topinambours, les prétentieux, les topinambours prétentieux, les brutes, perdre mon temps, manger avec la télé allumée (et entendre « chuuut ! » dès qu’on veut papoter), les rabat-joie, les agressifs, les malhonnêtes, les histoires qui finissent mal.

 

Ma recette de cuisine préférée

La charlotte à la framboise. Avec de la crème chantilly. Plein.

Ou bien les cookies aux noisettes. Avec du chocolat. Plein.

Ou la tarte à la citrouille à la cannelle. Avec plein de cannelle.

Ou…

Pourquoi choisir ?

 

Ma couleur préférée

Le bleu du ciel bleu. Et pas le gris du ciel gris.

 

Mon film préféré

La liste de Schindler.

 

Quand je ne suis pas en train d’écrire je… :

Prépare des choses qui se grignotent.

Certains disent que je passe l’aspirateur. C’est pas vrai. Ou alors juste pour ramasser les miettes des choses grignotées !

 

Ville ou campagne ? : CAMPAGNE CAMPAGNE CAMPAGNE

 

Montagne ou mer ? Montagne. Ou mer, mais sans touristes.

 

ipod ou nindendo DS ? Ah… Aucun des deux ? Ca n’existait pas de mon temps, celui des dinosaures.

 

Mon animal préféré : Mon chien, Fusayn : un petit lévrier italien, le plus merveilleux, le plus beau, le plus sympa, le plus tendre, celui qui réchauffe le mieux les genoux des auteurs immobiles. Et contrairement à ce que clame ma fille, le plus intelligent des chiens. Le plus gourmand aussi (de qui tient-il ?). Rien que ça !

 

1 Message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Nord Pas-de-Calais Lorraine Alsace Franche-Comté Provence Alpes Côte d'Azur Languedoc Roussillon Champagne-Ardennes Picardie Haute-Normandie Ile de France Bourgogne Rhône-Alpes Auvergne Midi-Pyrénées Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Centre Basse-Normandie Pays de Loire Bretagne Corse

Interview de LENIA MAJOR : Ya Book