Description logo pour referencement
   
Interview de Charlotte Bousquet
A la Une
auteur Charlotte Bousquet
GenreSF/Fantasy

Elle revient sur son dernier titre, Nuit Brûlée.

Yabook : D’abord comment l’as-tu écrit ? Est-ce que tu l’as rédigé d’une seule traite avec le tome 1 ou les phases de travail ont-elles été séparées ? 

Charlotte Bousquet : J’ai écrit Nuit tatouée et Nuit brûlée à la suite l’un de l’autre. Ce n’était pas vraiment mon intention au départ, car j’aime bien faire des pauses entre les romans d’une même série. Mais finalement, cela s’est trouvé ainsi et j’ai eu ma "respiration" avec Précieuses, pas ridicules que je corrigeais en même temps. Avec le recul, je me rends compte que c’était mieux ainsi... Pas de dispersion ni de changement de ton. Du coup, je me suis arrangée pour écrire les tomes 3 et 4, Les Chimères de l’aube et L’Aube des cendres, l’un à la suite de l’autre. 

 

 

Yabook : Comment Cleo évolue-t-elle ? 

Charlotte Bousquet : Dans le tome I, elle voulait à tout prix savoir la vérité et, bien que naïve avec certains de ses proches, mal assurée, elle était déterminée,. Elle rêvait d’un "ailleurs", via le théâtre et les Chimères, après avoir rencontré Lyn. Dans Nuit brûlée, elle est dans cet "ailleurs" espéré. Mais n’est pas plus à sa place parmi les Chimères que dans son ancien clan. Elle est amoureuse, aussi - et rejetée par Axel - quelque part, la seule Chimère qui importe à ses yeux. Déracinée, fragilisée malgré sa relation fusionnelle avec Lyn, elle perçoit tout par le prisme de cette amour malheureuse. Cléo est vraiment sur la corde raide, ni Mens ni Chimère et ses choix reflètent beaucoup son sentiment d’être en perpétuel exil, toujours "en dehors", jamais "à sa place". Mais cela lui permet de se construire, également : ses choix, dans le dernier tiers du roman, reflètent cette nouvelle maturité.

 

 

Yabook : En étant accueillie du bout des lèvres par les Chimères, elle se sent une nouvelle fois un peu exclue. Avais-tu besoin de ce nouveau "rejet" pour lui faire tracer sa propre voie ? 

Charlotte Bousquet : Les Chimères n’ont aucune raison de se montrer tendres avec Cléo : les Mens sont leurs ennemis ancestraux, et c’en est une jusqu’à preuve du contraire... Concernant les Chimères, je me suis efforcée de rester logique : le Paris que je décris dans La Peau des rêves est âpre, féroce et il n’y a pas de raison que les Chimères échappent à cette violence. Ensuite, elles ne sont pas si odieuses que cela : Lyn et sa compagne Kio l’accueillent à bras ouverts, la renarde l’apprécie... celui dont le rejet est le plus difficile, c’est Axel. Là encore, cela répond à une logique de personnage : Cléo ressemble comme deux gouttes d’eau à Lyn, qui a toujours été une sœur pour lui, il éprouve une profonde attirance pour Cléo qui en plus est une Norm... Difficile à gérer, non ? Quant à Cléo, elle ne peut pas se sentir bien, à la Tour de L’Horloge. Elle change brutalement de cadre,elle a besoin de ce rejet d’une certaine manière pour ne pas devenir folle - cela se traduit par son agressivité envers Lyn, notamment. Elle, qui cherchait à tout prix la vérité, n’a pas envie de voir. Se construisant sur cette ambiguïté, Cléo finit par, comme tu le dis, tracer sa propre voie. 

 

 

Yabook : Parle nous d’Axel, comment le vois-tu ? 

Charlotte Bousquet : En dehors du côté "grand beau ténébreux et ailé", tu veux dire ? Axel est un garçon protecteur, honorable, intelligent... et bien plus ambigu que son premier abord le laisse paraître. Outre son histoire d’amour, brève et tragique, évoquée dans Nuit brûlée (il se sent responsable de la mort de son amie, etc.), il est confronté, et très brutalement, à son attirance (puis son amour), pour une "ennemie naturelle" qui s’avère la jumelle de sa sœur adoptive. Cela remet en question beaucoup de choses pour lui : sa relation avec Lyn - la considère-t-il vraiment comme sa sœur, n’éprouve-t-il pas autre chose pour elle ? - , la peur de la perdre, sa vision du monde, la façon dont lui-même se considère : Cléo est une Mens, et pourtant... Il est amoureux d’elle, alors qu’il a perdu son ancienne petite amie moins d’un ans auparavant, il sait très bien ce que Cléo éprouve pour lui, il sait très bien qu’il est, d’une certaine façon, la clef de son intégration parmi les Chimères, mais fait tout ce qui est en son pouvoir pour l’exclure. Ce n’est pas très facile de se regarder dans une glace quand on est conscient de cela... 

 

 

Yabook : Quel est l’importance des cauchemars de Cleo pour toi ? Ils te servaient à la mettre "sur la bonne piste" ?

Charlotte Bousquet : Les cauchemars sont des parcelles de mémoire refoulée. Ils sont provoqués par les tatouages de Cléo tatouages qui la forcent à contempler le trou noir de son passé. Ils agissent plus, selon moi, comme des portes ouvertes sur l’inconscient. Ils forcent Cléo à regarder en elle-même, à se poser des questions, mais je ne dirais pas qu’ils la mettent sur une piste à suivre... Tout simplement parce que, même si ce sont des visions (éveillées ou non), Cléo garde un pouvoir de déni. 

 

 

Yabook : Une partie de l’action se déroule gare de Lyon. Comment as-tu travaillé pour le décor ? Tu as été t’y balader avec un carnet de note ? 

Charlotte Bousquet : Sans carnet de notes, mais comme ce n’est pas très loin de chez moi, et que j’y passe souvent... En fait, tout ce qui est gare, marais-monde, territoire du clan du Passage ne m’a pas posé de problèmes : ce sont des quartiers où j’aime me promener ! Il y a le marché d’Aligre, des boutiques sympa... J’ai aussi beaucoup marché,le soir, nez levé pour voir les encorbellements, etc. Le seul coin qui m’a posé problème - un problème de flemme et de "je veux pas, j’aime pas" - c’est la rue de Bercy. Donc, j’ai lâchement utilisé google earth au lieu d’y aller à pied. 

 

 

Yabook : Quels sont tes projets ? Sur quoi travailles-tu ? 

Charlotte Bousquet : Je travaille en ce moment sur CELL 21, un thriller contemporain pour la collection montée par Guillaume Lebeau aux éditions Rageot. Ensuite, j’enchaînerai avec les tomes 3 et 4 de La Peau des rêves. Côté sorties : Précieuses, pas ridicules, abécédaire illustré par Stéphanie Rubini (Et toc !, Gulf stream) et, en avril, le jeu de rôles Nécropolice (Intégrales, les 12 singes) auquel je suis ravie d’avoir participé, ainsi que Venenum, un roman historique (Courants noirs, Gulf stream) mêlant la fronde, Descartes et la question du "genre". Quant à mes projets, j’en ai comme d’habitude beaucoup, mais je préfère éviter de bondir partout en poussant des cris hystériques tant que rien n’est signé. 

 


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Nord Pas-de-Calais Lorraine Alsace Franche-Comté Provence Alpes Côte d'Azur Languedoc Roussillon Champagne-Ardennes Picardie Haute-Normandie Ile de France Bourgogne Rhône-Alpes Auvergne Midi-Pyrénées Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Centre Basse-Normandie Pays de Loire Bretagne Corse

Interview de Charlotte Bousquet : Ya Book