Description logo pour referencement
   
Interview d’Élodie Tirel pour sa série E-Den
A la Une
auteur Elodie Tirel
GenreLittérature

 

YABOOK : Pourriez-vous tout d’abord vous présenter aux lecteurs d’ActuSF ?


Élodie Tirel : J’ai 42 ans, je suis mariée et l’heureuse maman de deux grands filles. Je vis en Bretagne, une région que j’adore dont l’air vivifiant stimule mon imagination, sans doute. Avant d’être écrivain, je suis surtout professeur d’espagnol en collège. Je trouve très intéressant d’avoir deux casquettes car je suis aussi passionnée par mon métier que par l’écriture. J’aime beaucoup inventer des histoires et les partager avec mes lecteurs (ou mes élèves...)



YABOOK :  Comment en êtes-vous venue à écrire de très nombreux romans ?


Élodie Tirel : Mon premier roman est né en 2005 comme un défi personnel, je voulais voir si j’étais capable de créer une histoire, un monde, du suspens et que le tout tienne la route. Sont nés "Les héritiers du Stiryx" publié en 2007 chez Milan, hélas la maison d’édition française n’a pas voulu éditer la suite, il aura fallu attendre ma collaboration avec Michel Quintin pour que la trilogie sorte enfin (divisée en six tomes) sous le titre "Zâa" en 2013. Entre temps, j’ai continué à écrire bien sûr, car cette passion ne me quitte plus et j’ai toujours une histoire en tête. Sont sortis chez Michel Quintin, la saga de 12 tomes de "L’elfe de lune" ("Luna", au Québec), un roman adulte de SF intitulé "Mémoris" et ma nouvelle série "E-Den".



YABOOK : Vous êtes française, mais avez publié vos romans chez une maison d’édition Québécoise, comment cela se fait-il ?


Élodie Tirel : En fait, quand j’ai terminé le premier tome de "L’elfe de lune", j’ai cherché un éditeur, en France, naturellement, mais tous mes essais se sont soldés par des échecs. Il faut savoir que les grosses maisons d’édition française sont très frileuses et laissent peu leur chance aux auteurs méconnus. Ils préfèrent publier des romans anglo-saxons qui ont cartonné et ne pas prendre de risques... Par hasard, j’ai contacté les éditions Michel Quintin par mail, au Québec ; le contact est tout de suite passé ! Ils ont adoré mon héroïne et mon univers. Ce sont même eux qui m’ont incitée à écrire une suite et une douzaine de tomes ! Le challenge m’a boostée et depuis, je leur suis fidèle. Toute l’équipe est efficace, dynamique et super sympathique. C’est une chance pour moi de les avoir à mes côtés.



ActuSF : Comment vous est venue l’idée et l’envie de créer la série E-Den ?


Élodie Tirel : L’idée est venue très tôt (trop tôt en vérité car j’étais en pleine écriture du tome 6 de "L’elfe de lune") alors je l’ai rangée dans une "case" de mon cerveau et ressortie plus tard, quand la série "Zâa" et "Mémoris" étaient terminés. Je ne peux pas écrire plusieurs romans à la fois, alors je stocke les idées dans un coin de mon esprit pour les ressortir au moment voulu.
 


YABOOK : Pourquoi faire une série post-apocalyptique ? Aviez-vous besoin de dénoncer notre mode de vie ? Autre chose ?


J’adore l’Histoire (de la préhistoire au Moyen-Age). Depuis longtemps le passé me passionne et m’intrigue, tout comme le futur. Sauf qu’avec le futur, rien n’est encore écrit, tout est à inventer. Je suis très curieuse quant à notre avenir, je me demande souvent comment évolueront nos sociétés, la planète, l’espèce humaine...


J’ai situé ma nouvelle série en 2260, mais je ne voulais pas d’une société futuriste bourrée de tecnhologie ou de navettes comme dans les romans de SF. Je voulais mettre mes personnages dans une situation inédite où tout est à faire, tout est à recontruire. Dans un monde post-apocalytique, tout est possible et cela m’intéressait de voir comment mes héros allaient s’en sortir dans un univers cruel, sauvage et violent.


En fait, mon roman n’est pas une critique de notre société, juste une projection d’un des futurs possibles. Mais il faudra attendre le tome 3 pour découvrir quel genre de catastrophe a touché la Terre et détruit le monde tel que nous le connaissons actuellement.
 


YABOOK : Votre roman fait plus de 500 pages, se déroule dans un futur très sombre mais est doté de dialogues très "jeunesse", alors pour quel âge le préconisez-vous ?


Élodie Tirel : Je ne pense pas qu’un futur très sombre soit incompatible avec de la littérature jeunesse et donc des dialogues "jeunesse" (Mes héros étant des adolescents, ils s’expriment comme des jeunes de leur âge, ce qui logique). De par le passé et de nos jours encore, très nombreux sont les jeunes qui grandissent dans des sociétés violentes et cruelles. Pourtant, ils restent des enfants, des adolescents et, même dans un monde sauvage et sans pitié, on peut inventer de belles histoires d’amitié, de solidarité, de courage et même d’amour.


Mon roman s’adresse à des jeunes à partir de 12 ou 13 ans mais je compte également beaucoup d’adultes (ainsi des personnes âgées) parmi mes lecteurs parce que les aventures que vivent mes héros ne sont pas uniquement destinées à un jeune public. Dès lors qu’on aime l’aventure et le suspens, on peut plonger avec plaisir dans le monde d’E-Den.


Quant à la taille des romans, c’est pour répondre à la demande des jeunes lecteurs justement qui trouvaient les tomes de Luna ou Zâa trop courts. Un tome d’E-Den représente en fait l’équivalent de deux livres de poche.



YABOOK : Dans E-Den, nous faisons la connaissance du racureuil. Pouvez-nous présenter cette étrange et drôle créature que vous avez créée ? - Pourquoi avoir mélangé un rat et un écureuil ? Y a-t-il une raison particulière à cette fusion ?


Élodie Tirel : A la base, je voulais qu’un animal de compagnie accompagne E-Den et Siméon dans leurs aventures. J’ai longtemps cherché lequel convenait le mieux avant de décider d’en inventer un. J’ai choisi de croiser un rat qui symbolise la Cave (le quartier de Siméon), le côté sale, moche et répugnant des égouts avec un écureuil pour son côté attendrissant, malin, mignon et agile. Et puis, je trouvais que le mot "racureuil" sonnait bien.


En fait, Snoop est le fruit de manipulations génétiques, commanditées par Kate, la mère d’E-Den, une scientifique de renom. Il a la particularité de pouvoir parler et son intelligence remarquable lui permet d’apprendre très vite de nouveaux mots. Par ailleurs, il possède une arme redoutable : des incisives contenant un puissant poison. Snoop se révèlera vite être un allié de choix pour nos deux amis.



YABOOK : Pour quand est prévu le second tome d’E-Den ?


Élodie Tirel : Le tome 2 "La traque" sortira le 16 octobre 2014.



YABOOK : Sur quoi planchez-vous en ce moment ? Le troisième et dernier tome d’E-DEn ? Autre chose ?


Élodie Tirel : Cet été, je suis en pleine écriture du tome 3 et je fais énormément de recherches pour que les aventures d’E-Den et Siméon paraissent les plus crédibles possibles, tant au niveau géographique, scientifique que botanique (sur les plantes médicinales, par exemple)
 


YABOOK : Autre chose à ajouter ?


Élodie Tirel : J’espère que mes lecteurs et futurs lecteurs prendront autant de plaisir à dévorer les aventures d’E-Den que j’en ai eu à les écrire ! Je leur souhaite à tous une excellente lecture !!

 


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Nord Pas-de-Calais Lorraine Alsace Franche-Comté Provence Alpes Côte d'Azur Languedoc Roussillon Champagne-Ardennes Picardie Haute-Normandie Ile de France Bourgogne Rhône-Alpes Auvergne Midi-Pyrénées Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Centre Basse-Normandie Pays de Loire Bretagne Corse

Interview d’Élodie Tirel pour sa série E-Den : Ya Book