Description logo pour referencement
   
Interview d’Anthony Boulanger
A la Une
GenreLittérature

Interview d’un auteur de littératures de l’imaginaire 100% français !

Yabook : Pourriez-vous vous présenter aux lecteurs de Yabook ?

Anthony Boulanger : Bonjour ! Avec plaisir ! Je suis Anthony Boulanger, auteur dans les genres de l’Imaginaire. J’ai commencé à écrire il y a une dizaine d’années, tout d’abord un roman de Fantasy, avant d’en venir également à des formats plus courts (nouvelles et micronouvelles), dans lequel j’officie toujours aujourd’hui !



Yabook : Mes personnages de prédilection en écriture sont les oiseaux et les golems.

Anthony Boulanger : En termes de lecture, je lis tout ce qui peut me passer sous la main. En ce moment, je suis plongé dans Pixel Noir de Jeanne-A Debats.

J’ai la fâcheuse tendance de relire régulièrement certains livres qui m’ont marqué plus jeune, parmi lesquels le Silmarillion de Tolkien, la Compagnie Noire de Glen Cook, l’Enchanteur de Barjavel, le Chant du Cosmos de Roland Wagner, La Horde du Contrevent de Damasio, les nouvelles robotiques d’Asimov.



Yabook : Quel est votre genre littéraire de prédilection ?


Anthony Boulanger : Je vais répondre la science-fantasy pour ne pas faire de distinction entre la SF et la fantasy ^^. Blague à part, je suis à l’aise aussi bien dans l’un que dans l’autre, mais je privilégie inconsciemment la fantasy, si j’en crois mes dernières productions. Dans les deux cas, ce qui m’intéresse est la construction d’univers riches, cohérents et fouillés, qui deviennent des lieux propices aux péripéties des protagonistes, qui, à leur tour, doivent être tout aussi fouillés que l’univers qui les accueille.

En SF, j’affectionne particulièrement le space-opéra, plus propice à accueillir une multitude de planètes et d’environnements que d’autres sous-catégories et le cyberpunk, qui permet, via le Réseau souvent à la base du récit, une forte liberté.

En fantasy, j’aime mettre en scène des univers où la magie, des pouvoirs ou des créatures particulières ont une place de choix pour pimenter l’action.



Yabook : Combien de romans avez-vous à votre actif ?

Anthony Boulanger : J’ai eu l’opportunité de publier deux romans à ce jour :

* Zugzwang, aux Editions Elenya, qui prend sa place dans un univers cyberpunk justement. On s’attache à l’épopée de Noctambule, un prodige des échecs qui fait jeu égal avec les Intelligences Artificielles qui vivent dans le réseau, au milieu d’autres créatures numériques.

* Au Crépuscule, aux Editions Voy’[el]. C’est de la fantasy cette fois-ci.

D’autres romans attendent également soit leur publication (la suite d’Au Crépuscule par exemple ainsi qu’un one-shot de dark-fantasy), soit une ultime relecture avant envoi aux éditeurs.



En parallèle des romans, j’ai publié trois recueils de nouvelles :

* Ecosystématique de fin de monde, aux Editions Voy’[el], dont le fil rouge est les problèmes environnementaux traités dans des univers SF et Fantasy,

* La Boîte de Schrödinger, Exp. N°2, aux Editions Walrus, qui regroupe des textes apparentés au genre du fantastique et plutôt décalés,

* Géniteurs et Fils, aux Editions du Chat Noir, qui s’intéresse aux relations père-fils, et qui contient lui aussi des textes de fantastique principalement.

Votre nouveau roman Au Crépuscule est sorti récemment, pourriez-vous nous le présenter ?

Bien sûr ! Il s’agit du premier tome d’une saga intitulée La Guerre des Arpenteurs.

L’action prend place dans le monde de Firnen, découpé au fil des siècles en plusieurs pays par les Guildes de magie qui s’y sont créées. La magie là-bas est d’ailleurs dénommée Contrainte, car on la force à obéir.

La Guilde du Feu, parmi les plus puissantes communautés de Firnen, subit sans signe avant-coureur une attaque fulgurante qui lui révèle soudain que, quelque part dans ce monde, un Arpenteur des Chemins Obscurs les a pris pour cible. Non seulement eux mais également les Phoenix à l’origine de toutes choses dans ce monde. S’en suit une course contre la montre pour déjouer l’avancée de ce sorcier corrompu et des hordes qu’il a sous ses ordres avec une interrogation de taille : pour vaincre un tel adversaire, jusqu’à quelles extrémités peut-on se résoudre ? Un mal plus grand encore n’en sortirait-il pas ?

Bien qu’il ne soit pas paru en premier, "Au Crépuscule" est le premier roman que j’ai écrit, celui-là même que j’ai commencé à mes vingt ans. J’avais comme fil conducteur d’écrire une histoire que j’aimerais lire

en tant qu’adolescent (après avoir pillé la bibliothèque municipale et épuisé tout ce qu’elle contenait en Fantasy), en mettant en scène des créatures qui me tiennent particulièrement à cœur et qui sont les Phoenix. Je trouve que ce sont des créatures dont les symboliques sont très intéressantes et qui ne sont pas encore exploitées à outrance.

Le livre peut tout à fait être lu par des grands lecteurs à partir de douze ans !


Yabook : Combien de tomes avez-vous prévu pour cette saga ?

Anthony Boulanger : Cinq tomes sont prévus aujourd’hui. Le second, Treize Tours dans la Nuit, est déjà rédigé, le troisième bien avancé et j’ai les idées claires sur ce qu’il va se passer dans les deux derniers. Ça va aller crescendo !


Yabook : Une prochaine sortie est prévue pour septembre, aux Editions Mythologica cette fois ?

Oui, tout à fait, il s’agit du one-shot de dark-fantasy que j’évoquais un peu plus tôt. Il s’intitule "Les Reflets d’Earanë". Alors qu’Au Crépuscule prend place dans un monde étendu, je suis parti sur un presque huis-clos ici ! L’action prend place en Earanë, une île isolée de tout par la volonté de ses habitants et qui est le théâtre d’une guerre entre les Miroitants, les Passeurs et les Reflets. Dans ce monde, votre reflet est en effet une créature indépendante et qui n’a qu’un but : traverser les miroirs pour vous éliminer et prendre votre place. Pour cela, ils ont besoin de votre nom. Les Passeurs sont des humains qui ont la capacité de soumettre les Reflets et de les aider à traverser les Miroirs.

On s’attache aux pas de deux Miroitants, les protecteurs de l’île, surnommés Dague et Cuivre (pour protéger leurs véritables noms). Les deux hommes sont envoyés en mission en Haute-Ville et y découvrent un nouveau-né au corps entièrement recouvert de miroir. A partir de cet instant, un engrenage des plus terribles se met en marche.

Comme nous sommes dans de la fantasy un peu plus sombre qu’"Au Crépuscule", on peut le lire à partir de quinze ans.


Yabook : Avez-vous déjà d’autres projets en cours ?

Anthony Boulanger : Toujours ! J’ai un roman collaboratif sur le feu, un autre en solo dans un univers viking avec des touches de fantasy, ainsi qu’un recueil de nouvelles sur la thématique des Oiseaux (une fois de plus ^^) et, qui devrait sortir très prochainement, un recueil d’enquêtes policières dans un monde fantasy, intitulé "Erem de l’Ellipse".

A des stades moins avancées, j’ai pris des notes pour une série et quelques nouvelles, qui attendront leur tour et, en parallèle des activités purement littéraire, toujours un œil sur la rédaction de jeux de rôle et de scenarii de BD. Je regrette que les journées ne fassent que 24 heures !

Yabook : Autre chose à ajouter ?

Anthony Boulanger : Merci beaucoup à Laura pour ces questions et Yabook pour son accueil !


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Nord Pas-de-Calais Lorraine Alsace Franche-Comté Provence Alpes Côte d'Azur Languedoc Roussillon Champagne-Ardennes Picardie Haute-Normandie Ile de France Bourgogne Rhône-Alpes Auvergne Midi-Pyrénées Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Centre Basse-Normandie Pays de Loire Bretagne Corse

Interview d’Anthony Boulanger : Ya Book