Description logo pour referencement
   
Interview : Fabien Clavel vous dit tout....
A la Une
auteur Fabien Clavel
GenreSF/Fantasy

Fabien Clavel, auteur de l’Apprentie de Merlin, se confie pour vous sur YABOOK.FR .... Une interview à découvrir absolument.

Interview de Fabien Clavel, à l’occasion de la sortie du Tome 2 de l’Apprentie de Merlin , toutes les infos ici.

 

 

 

Yabook.fr : Bonjour Fabien Clavel. Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire tout d’abord et qu’est-ce qui vous a donné envie de vous tourner vers un public de jeunes et ados ? ...

 

Fabien Clavel : Je ne pense être particulièrement original en disant que je me suis mis à écrire pour raconter des histoires. Mon premier livre a été publié en 2002 mais j’avais déjà commencé bien avant à développer des plans de cycles très complexes que je n’ai jamais écrits, ou bien des fragments de monologues, des poèmes comme tout ado qui se respecte. Par contre, je n’ai jamais eu pour projet d’écrire pour un public déterminé. La cible des éditions Mnémos, qui ont édité mes premiers romans, était les 15-35 ans à l’époque. Je me suis lancé dans la littérature jeunesse par hasard, parce qu’on me l’a proposé, en 2007, pour la collection « Royaumes perdus » chez Mango. J’y ai vu et j’y vois encore une possibilité d’écrire autrement, d’une façon plus épurée. En fait, c’est en la pratiquant que je me rends compte de l’importance qu’elle peut avoir pour les lecteurs. Pour l’anecdote, j’ai croisé au festival des dernières Imaginales un nom qui m’était familier sur une table de dédicaces. Il s’agissait de Gérard Hubert-Richou. J’ai alors eu une brusque réminiscence et me suis souvenu que j’avais lu un de ses livres, Walkman, dans la collection Zanzibar, vingt ans plus tôt. J’ai même pu en discuter avec lui. J’ai éprouvé beaucoup d’émotions fortes en lisant de la littérature jeunesse et j’espère pouvoir procurer ces mêmes émotions aux jeunes lecteurs d’aujourd’hui.

 

 

Yabook.fr : Quel est le secret d’une telle imagination ? Vampires, Chevaliers de la table ronde.... est-ce que cela vient de vos abondantes lectures depuis l’enfance ? D’une muse, qui vous inspire ? ...

 

 

Fabien Clavel : D’abord, je suis un lecteur compulsif. Avant même de savoir lire, je regardais les bandes dessinées comme Astérix. Depuis que j’ai appris à lire, je dévore tout ce qui me tombe sous la main, que ce soit un magazine people ou un dictionnaire encyclopédique. Encore aujourd’hui, je lis une centaine de livres par an, même si le rythme baisse avec les années. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu une soif insatiable de fiction. Par exemple, je compulsais de bout en bout les numéros de Télérama. À cette époque (je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître), comme il y avait peu de chaînes de télévision, on avait droit à un court synopsis pour le moindre téléfilm. J’adorais découvrir ces embryons d’histoires dont je ne connaissais presque jamais la fin puisque je regardais très peu la télévision (aujourd’hui, je ne la regarde plus du tout). Mon imagination s’est construite ensuite autour des films. Encore maintenant, je lis des magazines de cinéma uniquement pour avoir le début des histoires. Dernièrement, les séries ont pris la relève. J’en regarde énormément et je suis très bon public, avec une grande préférence pour celles qui incluent de l’humour et des éléments surnaturels.

 

 

Yabook.fr : Qu’est-ce qui vous a donné envie de raconter l’histoire de l’apprentie de Merlin ? Merlin est un personnage qui a été traité des milliers de fois dans les livres, films, BD.... il restait encore un vide à combler ? Quelque chose à inventer ?

 

Fabien Clavel : Le mythe arthurien est justement un mythe parce qu’il est inépuisable. On a l’impression que tout est relativement posé mais, dès qu’on se penche sur la légende, on se rend compte que les versions changent énormément d’un auteur et d’un siècle à l’autre. D’autre part, il n’y a pas une œuvre qui résume toute l’histoire de la Table Ronde. On en trouve des morceaux chez divers auteurs. Sans parler des trous qui existent dans l’histoire. Il n’y aura donc jamais de version définitive. C’est pourquoi, comme pour les mythes antiques, on aura toujours quelque chose de nouveau à raconter sur Arthur et Merlin. L’idée de raconter l’histoire de l’apprenti de Merlin n’est pas de moi mais de mon directeur de collection, Xavier Mauméjean. J’ai accepté tout de suite de me lancer là-dedans, à la seule condition que l’apprenti soit en fait une apprentie. J’y ai d’abord vu un plaisir très égoïste de me plonger dans le mythe et d’opérer un retour aux sources. J’ai donc lu les principaux récits médiévaux sur le sujet avant de construire ma propre adaptation. Je voulais insister sur un point : l’époque du roi Arthur n’existe pas. Les auteurs du Moyen-âge en font un chevalier alors qu’il est plus proche des Romains antiques. On situe d’ailleurs le modèle historique (s’il y en a réellement eu un) au 5e siècle, soit au moment de la Chute de l’Empire romain d’Occident. Donc l’époque arthurienne est un moment de transition. Pour mon roman, j’ai décidé que c’était le moment où l’on inventait la chevalerie (armures, tournois, esprit chevaleresque…) C’est pour cette raison que l’on voit peu à peu les éléments classiques se mettre en place. Ensuite, bien sûr, tout est oublié pendant des siècles. La cour du roi Arthur est finalement une utopie. Et, comme dans beaucoup de mes livres, elle risque fort d’échouer.

 

Yabook.fr : Votre personnage principal est une fille... Comment est elle née dans votre imagination... et pourquoi une femme ?

 

Fabien Clavel : Je voulais absolument que ce soit une fille pour plusieurs raisons. D’abord, un apprenti au masculin m’aurait trop rappelé le roman de T. H. White, Merlin l’enchanteur, adapté par Disney, où Arthur suit les cours de Merlin. D’autre part, il y a beaucoup de personnages féminins forts dans la légende arthurienne (M. Z. Bradley l’a bien montré dans Les brumes d’Avalon), notamment Morgane et Viviane qui ont toutes deux été élèves de Merlin. Enfin, il y a encore beaucoup de travail pour rattraper des siècles de héros presque exclusivement masculins, avec les filles comme faire-valoir. Je me plais à l’idée de proposer une héroïne qui montre qu’elle n’a rien à envier aux hommes.

 

 

Yabook.fr : Quel lien entretenez-vous avec votre personnage principal ?

 

Fabien Clavel : La plupart du temps, je ne sais pas d’où viennent mes personnages. Ils arrivent comme ça. Je ne leur pose pas de question, je les regarde juste vivre.

 

 

Yabook.fr : N’est-il pas difficile de se mettre dans la peau d’une fille ou en tout cas, d’avoir une crédibilité avec un personnage féminin, lorsqu’on est un homme ? Vous n’en êtes pas à votre première expérience sur ce point puisque c’était déjà le cas avec Le miroir aux Vampires.

 

Fabien Clavel : Pour moi, ça ne pose pas de problème. Je pars du principe que, pour écrire un roman, il faut avoir un minimum d’empathie et être capable de se mettre à la place de n’importe qui, de comprendre n’importe quelle motivation. Par contre, il est vrai que j’ai une préférence pour les personnages féminins. Ils ont souvent plus à défendre que leurs versants masculins. D’ailleurs le combat pour l’égalité des sexes me semble l’un de ceux à mener aujourd’hui. Cette conquête passe aussi par la fiction. Et puis, chaque auteur a ses obsessions. Moi, ce sont les héroïnes. Même si ça ne m’empêche pas de mettre aussi des héros en scène. Tout le plaisir est dans le changement.

 

 

Yabook.fr : Pour ce 2e Tome, quelle aventure va vivre le personnage (en nous gardant le suspens, bien sûr) ?

 

Fabien Clavel : Eh bien, il va maintenant falloir mettre Arthur sur le trône de Britannia, c’est-à-dire récupérer Excalibur et se faire couronner, ce qui n’est pas si simple. Comme d’habitude, Merlin a de bonnes raisons pour laisser son apprentie Ana se débrouiller toute seule. Si le premier tome s’appuyait sur les débuts du mythe avec Uther, celui-ci avance en terrain plus familier : il s’agit de bâtir la Table Ronde et de rassembler des chevaliers dignes d’en faire partie : Lancelot, Gauvain, Yvain, Keu…

 

 

Yabook.fr : Votre roi Arthur à vous, y est-il différent de celui décrit dans la légende ? Ou avez-vous souhaité aussi lui donner votre propre coloration ?

 

Fabien Clavel : Dans la légende, le roi Arthur n’est pas très caractérisé, ou alors on lui attribue des traits qui ne sont pas toujours cohérents entre eux. Bien souvent, il est surtout un centre autour duquel tout tourne. En partant de cette constatation, j’ai fait d’Arthur un homme bon qui se retrouve à diriger un royaume et qui doit faire de son mieux. En ce sens, il n’est pas très différent de la façon dont on le décrit habituellement.

 

 

Yabook.fr : Ana va-t-elle vivre d’autres aventures après le tome 2 ?

 

Fabien Clavel : J’espère bien ! Depuis le début, L’Apprentie de Merlin est conçu comme une tétralogie. Mon ambition était de (re)raconter toute l’histoire de la Table ronde depuis le début avec Uther, jusqu’à la fin avec la bataille de Camlaan. Comme je le disais, le règne d’Arthur est une utopie, une parenthèse hors du temps qui s’ouvre avec le tome 1 et se fermera avec le tome 4. Il reste encore bien des éléments qui doivent être éclaircis, notamment le passé de Merlin et l’évolution d’Ana.

 

 

Yabook.fr : Quels retours avez-vous de vos jeunes (ou moins jeunes) lecteurs ?

 

Fabien Clavel : Comme j’étais à l’étranger, je n’ai pas eu l’occasion de croiser beaucoup de lecteurs. J’ai utilisé quelques élèves comme cobayes pour avoir leurs avis et ils étaient plutôt positifs. Maintenant, le livre étant sélectionné pour le prix des Incorruptibles, j’espère que j’aurai l’opportunité de rencontrer des classes et de discuter du roman avec elles.

 

 

Yabook.fr : Lorsque vous écrivez, vous sentez-vous investi d’une responsabilité vis-à-vis de la jeunesse, souhaitez-vous transmettre quelque chose ?

 

Fabien Clavel : Je ne me sens pas de responsabilité particulière, à part celle de donner ou d’entretenir, si possible, le goût de la lecture. Dans le cadre d’une réécriture, j’ai envie de transmettre aussi un peu des sources qui sont à l’origine du mythe, remettre au goût du jour certains pans de l’histoire arthurienne qui ont été parfois oubliés et qui m’ont plu. L’autre aspect, quand on écrit pour la jeunesse, c’est de mesurer ce que l’on dit pour ne pas « heurter la sensibilité ». On peut aborder tous les sujets, comme avec les adultes, mais ce sera par des chemins détournés. Justement, comme le conte ou le mythe, la fantasy permet de traiter de thèmes graves sans en avoir l’air. Ce n’est pas la peine d’envoyer dans la tête du jeune lecteur des vérités effrayantes. On peut simplement les lui suggérer.

 

 

Yabook.fr : Avez-vous préservé intacte votre âme d’enfant ? Et si oui pensez-vous cela indispensable pour continuer à les faire rêver, à écrire pour les jeunes ?

 

Fabien Clavel : Je ne sais pas exactement ce qu’on peut appeler une âme d’enfant, mais ça pourrait être la capacité de s’émerveiller devant une histoire et de s’y plonger. Je ne pense pas qu’on puisse écrire pour la jeunesse sans y croire complètement. Quand j’écris L’Apprentie de Merlin, j’ai des histoires de chevalerie qui me passent dans la tête en permanence. J’entends le cliquetis des armures et le vent dans les arbres de Brocéliande.

 

 

Yabook.fr : Quel est votre livre de chevet actuellement ?

 

Fabien Clavel : Vous allez être déçue. En cette période de rentrée, je prépare mes cours et je compulse surtout des livres techniques, en particulier un manuel de rhétorique et des essais sur le storytelling ; mais ma dernière lecture de fiction était le tome 2 du Trône de fer.

 

 

Yabook.fr : Si vous étiez un personnage aux pouvoirs surnaturels, un héros ou un personnage de légende, qui seriez-vous ?

 

Fabien Clavel : J’ai toujours eu un penchant inexplicable pour les Satyres. Mais plutôt dans la version de Hugo dans La légende des siècles.

 

 

Yabook.fr : Vous avez reçu des prix : Imaginales notamment... Pensiez-vous avoir autant de succès un jour ? Êtes-vous attaché à ce que le milieu littéraire, les médias peuvent dire de vous, à ce que pense le public ? Qu’est-ce qui compte avant tout pour vous lorsque vous publiez un ouvrage ?

 

Fabien Clavel : Le plus important, pour moi, c’est d’abord que le livre marche suffisamment pour que je puisse en écrire et publier un autre. J’ai l’esprit tendu vers le roman suivant qui sera une nouvelle aventure. En même temps, dans ma démarche, l’œuvre se construit peu à peu sur l’ensemble des livres. Ensuite, bien sûr, je lis les critiques et j’écoute les avis avec intérêt. Proposer une histoire, c’est une manière de s’exposer assez forte, donc quand des retours sont négatifs cela peut être mal vécu. Mais, avec le temps, je me suis un peu blindé. Quand je suis nommé à un prix, quand les critiques sont bonnes, quand des lecteurs viennent me voir en disant qu’ils ont eu plaisir à lire un de mes livres, j’en suis très heureux.

 

 

Yabook.fr : Fabien, quel genre de personne êtes-vous ? Plutôt solitaire, pragmatique, pessimiste, enthousiaste, bavard ou nostalgique .... Et en quoi cela influence éventuellement votre travail ?

 

Fabien Clavel : Cela dépend, comme pour tout le monde. En tout cas, pour écrire, il faut être solitaire à certains moments. En même temps, j’aime bien les petits groupes. Du coup, on retrouve dans beaucoup de mes romans un personnage qui entre dans un groupe dont on suit les interactions.

 

 

Yabook.fr : Comment travaillez-vous ? Vous faut-il des conditions précises, répondez-vous à des rituels ? : musique, dehors, dedans, silence .... avis de vos proches sur les manuscrits, etc ...

 

Fabien Clavel : J’écris toujours le matin ou en début d’après-midi parce que j’ai l’esprit frais et dispos. En fin de journée, c’est impossible pour moi. En général, je me fabrique une bande-son pour me plonger dans l’ambiance d’un livre plus directement. Cela s’accompagne de lectures et de films en rapport avec le thème ou le genre. Mon épouse lit le manuscrit terminé et j’essaie de le faire relire à une ou deux personnes supplémentaires pour avoir leur avis. Mais rien de tout cela n’est fixé, cela change d’un livre à l’autre. Je travaille la plupart du temps à mon bureau. Plus le temps passe, plus je suis capable d’écrire n’importe où. Mais j’ai quand même besoin d’un coin tranquille.

 

 

Yabook.fr : Qu’est-ce qui vous fait rêver aujourd’hui, ou vos coups de cœur ?

 

Fabien Clavel : En ce moment, je ne suis pas dans une phase de découverte. Je suis plutôt en train de revoir des choses plus anciennes. Par exemple, je regarde de nouveau l’intégrale de la série Angel, après avoir revu tout Buffy. Et c’est chouette. J’ai revu Requiem for a dream, après Black Swann. Tree of life m’a enchanté.

 

 

Yabook.fr : Qu’est-ce qui vous met en colère ou vos coups de gueule ?

 

Fabien Clavel : Je dois dire qu’en tant qu’enseignant je suis plus que chagriné par la destruction systématique de mon métier et de l’école. Mais j’aurais tout aussi bien pu évoquer la pollution, le fanatisme ou le développement de la misère.

 

 

Yabook.fr : Avez-vous un commentaire à faire sur le travail d’illustration pour les deux couvertures de L’Apprentie de Merlin ? Est-ce le fruit d’une collaboration étroite entre vous ?

 

Fabien Clavel : Depuis des années, j’attendais d’avoir un jour une couverture de Julien Delval. C’est chose faite. Pour le tome 1, ça s’est déroulé sans moi. Et le résultat me plaît beaucoup. Pour le tome 2, j’ai sélectionné les descriptions de l’ogre que j’ai envoyées à Julien et nous en avons un peu discuté. Et je suis tout aussi content du résultat. J’ai hâte de voir toute la série.

 

 

Yabook.fr : Avez-vous des dédicaces, participations à des salons de prévus les prochains mois si oui : où, quand comment ... ?

 

Fabien Clavel : Pour ce qui est le plus proche et le plus sûr, je serai le 18 septembre à Nancy pour le salon Le livre sur la place. Et puis le 2 octobre à Lyon pour la convention Octogônes. Enfin, je serai à Sèvres le 10 décembre.


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Nord Pas-de-Calais Lorraine Alsace Franche-Comté Provence Alpes Côte d'Azur Languedoc Roussillon Champagne-Ardennes Picardie Haute-Normandie Ile de France Bourgogne Rhône-Alpes Auvergne Midi-Pyrénées Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Centre Basse-Normandie Pays de Loire Bretagne Corse

Interview : Fabien Clavel vous dit tout.... : Ya Book