Description logo pour referencement
   
Interview Audrey Petit
A la Une
auteur Audrey Petit
GenreSF/Fantasy

Audrey Petit est directrice de collection chez Orbit et Mango Jeunesse. Elle a accepté de répondre à quelques questions pour Yabook.

Yabook : Dans plusieurs interviews, tu évoques le terme d’Urban Fantasy. Quels sont les champs que cela recouvre ?

Audrey Petit : L’Urban Fantasy pour les éditeurs anglo-saxons, aujourd’hui, ça désigne surtout que nous appelons en France la bit lit. Mais ça désigne aussi la fantasy qui place la ville au cœur du roman (souvent le cas en bit lit). Quand je parle d’Urban Fantasy, j’entends bit lit. Je ne suis pas fan de ce dernier terme, même s’il est surtout commode d’un point de vue « marketing ».

 

Yabook : En 2011, plusieurs libraires et éditeurs évoquaient un ralentissement de la fantasy au profit d’un emballement de la Bit Lit’ et consort. Toi qui a une collection chez Orbit avec des livres qui appartiennent soit à l’un ou à l’autre genre, est-ce que c’est une situation que tu constates ?

Audrey Petit : Pas vraiment. Nous publions effectivement sur les deux genres, et nous avons de jolis succès sur les deux genres : notre meilleure vente, le roman de Deborah Harkness, est un savant mélange de bit lit et de roman historique. Les cycles de Brandon Sanderson et Kristin Cashore, qui ont très bien fonctionné, sont de vrais cycles de Fantasy.

Ce qu’on constate surtout, c’est que l’époque n’est pas propice aux lancements, et qu’il est difficile de faire connaitre et lire un nouvel auteur : la plupart des titres dans le top 50 de 2011 sont des auteurs de fonds, publiés depuis quelques années, et/ou des titres publiés en poche – Deborah Harkness fait figure d’exception dans cette liste, et nous en sommes particulièrement fiers. Ce qu’il faut comprendre, c’est que Orbit s’est lancé et installé avec des auteurs qui étaient complètement inconnus en France (Harkness, Sanderson, Cashore, Garriger, etc.) dans une période où précisément il est compliqué de proposer de nouveaux auteurs, et ça a marché !

Si vous voulez quelques chiffres, notez en grand format que 59% du marché de l’Imaginaire est assuré en valeur par la Fantasy, contre 7% pour la bit lit ; en poche, la Fantasy réalise 34 % du marché contre 26% pour la bit lit.

 

Yabook : Ta collection mélange de la fantasy assez batailleuse comme 10 000 - Au cœur de l’empire de Paul Kearney ou Isak le blanc-regard de Tom Lloyd, de la fantasy plus « douce » (tu notes les guillemets) comme Le Royaume empoisonné de Céline Kiernan ou Les Cent mille royaumes de N.K. Jemisin et de la bit lit comme les ouvrages de Jaye Wells et Lilith Saintcrow. Sais-tu si c’est le même public qui lit tous ces ouvrages ? Et si non, est-il possible de les concilier ?

Audrey Petit : L’éclectisme du label reflète celui des goûts de l’équipe : nous aimons la Fantasy batailleuse, comme tu dis, mais aussi la Fantasy de cours, plus sinueuse, plus feutrée. Nous aimons aussi la Bit lit – pardon, l’Urban Fantasy. Encore une fois, un goût pour quelque chose n’en exclut pas forcément un autre.

 

Yabook : Un petit mot sur June de Manon Fargetton chez Mango. De quoi s’agit-il ? Qu’est-ce qui t’a séduit dans son idée ?

Audrey Petit : Tout. L’idée du roman, le Souffle et la quête, l’héroïne, June, sa psychologie et son caractère, le ton du texte, à la fois très direct et poétique, le style, l’écriture de Manon. June est le premier volume d’un cycle de trois, qui raconte la quête d’une jeune adolescente particulièrement attachante dans un univers vaste et intrigant. Manon Fargetton est un auteur qui possède de nombreux atouts : elle a des idées, elle écrit très bien et elle sait faire passer l’émotion. C’est aussi quelqu’un qui travaille beaucoup, qui est perfectionniste et très à l’écoute… Pour un éditeur, Manon n’est pas loin d’être l’auteur idéale (attention, ne surtout pas lui dire)…

 

Yabook : Quelles sont tes grosses sorties 2012 ?

Audrey Petit : Citons les nouveautés en grand format, le roman de Rachel Aaron, Le voleur aux esprits, celui de Helen Lowe, L’Héritière de la Nuit, mais aussi les nouveaux romans de Brandon Sanderson, L’Alliage de la Justice, de Gail Carriger, Sans Honte, de Kristin Cashore, Bitterblue, sans oublier les suites des cycles de Lilith Saintcrow, Jaye Wells, qui sera présente aux Imaginales, de N.K. Jemisin.

 

Nous aurons aussi la suite du Livre perdu des sortilèges de Deborah Harkness, qu’on nous réclame à peu près tous les jours. A noter que Deborah sera présente à Saint Malo, cette année.

Côté poche nous aurons une quarantaine de parutions en Imaginaire cette année, avec du très lourd : des zombies avec le roman inédit Walking Dead, L’Ascension du Gouverneur, mon coup de cœur cette année, des hobbits et des nains bien sûr, des cycles de Pierre Bottero, le roman de Deborah Harkness… 


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Nord Pas-de-Calais Lorraine Alsace Franche-Comté Provence Alpes Côte d'Azur Languedoc Roussillon Champagne-Ardennes Picardie Haute-Normandie Ile de France Bourgogne Rhône-Alpes Auvergne Midi-Pyrénées Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Centre Basse-Normandie Pays de Loire Bretagne Corse

Interview Audrey Petit : Ya Book